Comme d’autres avant lui, le gouvernement souhaite simplifier le système dans le secteur de la formation professionnelle.
Emmanuel Macron souhaite transformer le modèle social et notamment l’apprentissage et la formation professionnelle, c’est un sujet majeur de sa présidence et qui concerne bien évidemment les spécialistes de la formation.

Selon le Plan Investissement Compétences présenté par le 1er ministre, 15 milliards d’euros sur 5 ans seraient déployés pour la formation sur les populations de jeunes décrocheurs et chômeurs faiblement qualifiés soit près de 2 millions concernés, dans le but de faire revenir 300 000 personnes vers l’emploi d’ici 2022.
Le défi de demain avec la transformation numérique et digitale est de faire évoluer les emplois et gagner en compétence. Les salariés mieux formés et adaptés à cette évolution résisteront mieux au phénomène du chômage.

Plusieurs axes sont proposés :

  • Investissement dans la formation professionnelle de 15 milliards piloté par le Ministère du Travail pour les chômeurs de longue durée, les décrocheurs et les bénéficiaires du RSA dans le but de lutter contre la précarité et créer des emplois.
  • Réforme du CPF (Compte Personnel de Formation) : le gouvernement souhaite créditer en euros plutôt qu’en heures selon le dispositif actuel. De plus les salariés pourront directement s’adresser aux organismes de formation supprimant le rôle d’intermédiaire des OPCA.
  • Labellisation des organismes de formation afin de diminuer le nombre d’organismes de formation puisque le Président Emmanuel Macron a estimé, lors d’une visite en Corrèze, qu’il est « ridicule » d’avoir près de 75 000 organismes de formation en France

La réforme mettra du temps à se mettre en place, les discussions avec les partenaires sociaux sont déjà entamées.
L'Inspection générale des affaires sociales juge que le dispositif mis en place en 2015 "reste en-deçà des ambitions initiales" et ce "malgré un volontarisme incontestable dans son déploiement".

"Ce que je souhaite faire c'est que chaque Français, chaque salarié, puisse avoir sur une appli facile d'accès à tous, ses droits à la formation, combien d'heures, combien ça coûte, quel est le taux d'insertion dans l'emploi après…", promet la Ministre du Travail Muriel Pénicaud.